Nous

Au cours de l’été 2014 germe chez Anaïs et Goulven Le Troadec, bientôt rejoints par Eflamm Lintanf, l’idée d’un projet agricole collectif lié à la possible reprise de la ferme de Kereven.
Tenue pendant 30 ans par Gaby et Sylvie Le Troadec, cette ferme laitière de 59 ha dont 30 accessibles, labellisée AB, hébergeant 45 vaches laitières et leurs génisses, équipée d’un séchoir à foin, a très bien fonctionné jusqu’à la disparition prématurée de Gaby en juillet 2013. Depuis cette date, Sylvie est restée chef d’exploitation, mais elle a rapidement exprimé son désir de transmettre sa ferme.
Anaïs et Goulven ont cherché avec leur entourage (amis, cousins, collègues) une manière d’exercer le métier de leurs parents au travers d’un projet agricole socialement ambitieux et correspondant à leurs valeurs.


Ce sont d’abord 11, puis 17 personnes, qui se sont interrogé sur ce que pouvait être leur ferme collective idéale (quelles productions ? Quelle organisation du travail ? Quel habitat ? Quelles dimensions ? Quelle vie quotidienne ? ), tout au long de l’hiver 2014-2015.
Les réunions mensuelles qui ont suivi en 2015 ont rassemblé 11 personnes pour un travail approfondi touchant les valeurs communes, la compréhension et la connaissance mutuelles, le dimensionnement du projet et une première ébauche de la future exploitation, sans que le lieu ne soit encore déterminé.
En parallèle, un soutien à Sylvie est mis en place sur la ferme de Kereven. En accord avec elle, la mise en vente de la ferme initialement prévue pour juin 2015 est repoussée à plusieurs reprises.
Autour d’octobre 2015, à mesure que le projet s’affine, des départs ont lieu et le groupe définitif émerge, affirmant à 5 personnes la volonté de s’installer ensemble : Anaïs, Nora, Eflamm, Goulven et Julien, tous présents depuis le début des rencontres. Au même moment, Sylvie va nous permettre de vivre une phase de test sur son exploitation en même temps que nous étudions la faisabilité de notre projet sur le site de Kereven et entreprenons les premières démarches liées à l’installation.
En janvier 2016, la phase de test sur l’exploitation s’intensifie avec l’achat d’une douzaine de vaches et génisses laitières.
En février, nous participons ensemble à la formation « De l’idée au projet » organisée par le CIVAM du Finistère. Nous y avons parcouru les problématiques liées à la transmission d’une ferme, au choix des statuts, à l’organisation collective du travail, de la vie quotidienne, de la prise de décision, afin de maîtriser les enjeux d’une installation collective et d’affirmer notre projet.
Un mois plus tard ont lieu les premiers vêlages et la remise en route de la salle de traite.
C’est au même moment que Goulven, Nora et Julien emménagent à leur tour dans la maison de Kereven, à la suite d’Eflamm et Anaïs déjà présents depuis septembre (Sylvie ayant déménagé en août).
Cette année 2016 a été l’occasion pour nous de faire des essais de transformation fromagère, livrer du lait en coopérative, maîtriser le matériel de culture et le séchoir à foin, constituer et gérer un troupeau laitier, poursuivre les démarches d’installation et surtout apprendre à travailler les uns avec les autres.
C’est en juillet 2016, à la suite d’une semaine dédiée à la réflexion au cours de laquelle nous avons ré-exprimé collectivement nos envies, nos attentes, nos valeurs, que Kereven s’impose définitivement comme lieu privilégié pour notre projet agricole.

 

 

Julien / Anais / Goulven / Eflamm / Nora

Eflamm Lintanf, 28 ans,

« Issu du milieu rural, j’ai obtenu un DUT en Agronomie avec plusieurs stages (élevage laitier, INRA) puis un diplôme d’ingénieur Agronome à Agrocampus Ouest (Rennes). J’ai ensuite travaillé
dans une exploitation biologique maraichère en tant qu’ouvrier, assurant également la partie ventedirecte (AMAP, marché, livraisons, etc…). Dans un deuxième temps, j’ai continué en tant qu’ouvrier agricole dans une exploitation laitière biologique (80 vaches laitières) en système herbager, et ce durant un an et demi. Je me suis aussi formé en transformation laitière par des remplacements réguliers dans une exploitation biologique où l’ensemble de la production des Pies Noires Bretonnes est transformée, notamment en tommes. Pour enrichir mes compétences en transformation, j’ai également été voir plusieurs autres producteurs / transformateurs durant des stages. Enfin, je suis originaire du Trégor et connait donc bien le territoire sur lequel va prendre place le projet, et je peux donc bénéficier de plusieurs appuis liés à cet ancrage territorial ».

Nora Le Troadec, 28 ans,

« J’ai été sensibilisée au monde paysan en travaillant tous les étés pendant 4 ans à la ferme pédagogique de Trémargat. J »y ai appris la conduite d’un potager, le suivi des vaches laitières, la traite et la transformation du lait, les soins aux volailles et aux porcs, et l’accompagnement en promenades équestres.
En parallèle, j’ai fait des saisons agricoles (vendanges, palissage, récoltes d’abricots et de pêches) et travaillé dans la restauration. Évoluer en équipe m’a toujours plu et j’y ai acquis une connaissance de l’hygiène en cuisine.
Avec mon compagnon Julien Boraud, nous avons passé plusieurs mois dans des fermes collectives en Andalousie et y avons affirmé nos envies de travail en collectif ainsi que nos connaissances en maraîchage.
Nous avons aussi voyagé au Maroc et plus longtemps en Amérique Latine où nous avons travaillé dans des fermes d’agriculture biologique grace au réseau WOOFING.
Plus récemment, j’ai fait deux stages dans des élevages caprins avec transformation du lait car mettre en place un atelier similaire dans notre projet me tient très à coeur. »

Anaïs Le Troadec, 31 ans,

« Issue du monde agricole, j’ai souhaité revenir en Bretagne pour m’installer après m’en être éloignée géographiquement et professionnellement.
Mon bagage universitaire est un DUT GACO (Gestion Administrative et Commerciale) puis une Licence suivie d’un MASTER 2 en « Management et Gestion des Organisations de l’Économie Sociale et Solidaire » au Mans.
Durant ces études, et dans le cadre de stages, j’ai eu l’occasion de voyager pour atterrir, à la fin de mon master, en Belgique où je suis restée 4 ans. J’y travaillais pour le Réseau des GASAP (Groupes d’Achat Solidaires de l’Agriculture Paysanne – équivalent des AMAP en France) en tant que coordinatrice. Mes principales missions étaient la gestion administrative et financière de cette association, la communication… Cette expérience m’a, entre autre, permise de mieux comprendre les enjeux de la vente directe, du contact avec les consommateurs, de me rapprocher du monde paysan et de maitriser les aspects de la gestion administrative et financière d’une structure (encodage, classement des documents, rédaction de rapports, gestion d’un site internet…).
De retour en France en août 2014, j’ai effectué un BPREA (Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole) au lycée du Rheu (Rennes) qui m’a permis d’acquérir et compléter des notions théoriques et pratiques (stage dans une ferme collective en Mayenne). L’installation en collectif sur la ferme familiale est la continuité de cette nouvelle aventure et répond à beaucoup d’attentes et de valeurs que je souhaite voir dans mon projet futur. »

Julien Boraud, 35 ans,

« Après un baccalauréat général, j’ai pu découvrir le monde agricole dans le Loir-Et-Cher en travaillant dans un élevage de chèvres, et dans le Puy-De-Dôme où j’ai été formé (BPREA) et où j’ai travaillé avec des vaches ferrandaises pendant deux ans.
Ma soif de découvertes m’a fait différer mon projet d’élevage laitier et m’a conduit à multiplier les expériences professionnelles, les voyages (France, Maroc, Bulgarie), et à obtenir deux licences universitaires (Histoire et philosophie).
Après ma rencontre avec Nora Le Troadec en 2007, je l’ai accompagnée en Andalousie pour plusieurs longs séjours, travaillant dans la restauration et participant à des projets agricoles collectifs visant l’autonomie des producteurs et des consommateurs. Un autre voyage en Amérique du Sud et des expériences diverses en élevage et en cuisine m’ont permis d’affiner mes envies et de me consacrer en Côtes-d’Armor à ce projet collectif d’agriculture paysanne, d’élevage et de transformation fromagère. »

Goulven Le TROADEC, 23 ans,

« Après le lycée (Bac S), j’ai obtenu un BTS Agricole ACSE (Analyse et Conduite des Systèmes d’Exploitation) avec un stage en production fromagère. En effet, je suis depuis longtemps très intéressé par l’élevage et la production agricole, ce qui m’a fait me former sur cette activité ainsi qu’avoir une bonne connaissance des organisations agricoles.
La vente directe et la production respectueuse de l’environnement ont toujours été une composante importante de mon projet, ainsi que la relation avec l’extérieur. En ce sens, j’ai travaillé comme coordinateur dans une association d’éducation populaire, y perfectionnant mes connaissances en communication et le travail en équipe, expérience très formatrice afin de construire un projet à plusieurs. »

Aller à la barre d’outils